FESTIVAL ÉDITION 2022

Ci dessous trois journées pour vibrer au rythme de la Mère Terre en traversant les cinq continents. Venez rencontrer 12 conférenciers prêts à partager et  échanger avec vous leurs visions et leurs liens à notre Belle Planète. Et le soir venu, laissez vous portez par des rythmes authentiques.

Découvrez d’incroyables Oeuvres d’Art et d’Artisanat,

Vendredi 12 AOÛT 2022

 

10h00  OUVERTURE FESTIVAL présentation Lilia AYALA

 

10h30 / 12h    VALGERDÜR H. BJARNADÖTTIR

 

13h 30 / 15h  RAOUL MVITA KALUME

 

15h15 / 17h    PROFESSEUR PHILIPPE BOBOLA

 

17h30 / 19h    PÈRE KUMERAN

 

19h30 / 19h45   Lycée Alexandra David Neel « La voix de la Jeunesse »

SOIRÉE

 

20h.  SPECTACLE VERONIKA DIMICOLI (conte pour enfants)

 

20h50 / 22h    LOLA QUI DOUTE

 

22h30 / 00h   YRIBA

Samedi 13 AOÛT 2022

 

10h / 11h30   LAMA SAMTEN YESHE RIMPOCHÉ

 

13h30 / 15h  TIOKASIN GHOSTHORSE

 

15h30/ 17h  CACIQUE TANONÉ

 

17h15 / 18h30. PROF. ANDRÉS VERA GOMEZ

SOIRÉE

 

19h30 / 20h30  IMPRO SURPRISE !

 

21h / 22h30   OLÜN

 

22h45 / 00h00   B : 554

Dimanche 14 AOÛT 2022

 

9h / 10h30. FREDY APAZA HUARHUA

 

10h45 / 12h   SABAH RAHMANI

 

13h30 / 15h.  SOEUR ANNE BÉATRICE FAYE

 

 

15h30 / 16H30 SURPRISE MUSICALE

CLÔTURE DU FESTIVAL

16H30 / 17H

INVITÉS DE L'ÉDITION 2022

Soeur Anne Béatrice FAYE

« Je suis Anne Béatrice FAYE, Sénégalaise, issue d’une modeste famille de cinq enfants dont deux garçons et trois filles.

J’ai 57 ans, sans enfant parce que religieuse de l’Immaculée Conception de Castres depuis 36 ans. J’ai fait ma formation initiale de trois ans en France et donc naturellement formée par une sœur française. Une grande dame, très rigoureuse dans la formation.

Je lui rends hommage aujourd’hui. Je souligne cela parce que ces trois années de formation me permettent de témoigner aujourd’hui comme femme, religieuse, Africaine, en utilisant l’image de la parenthèse (la mise entre parenthèses) et du choc culturel.

Durant ces quelques années de ma vie, en dehors des périodes de responsabilité (locale et générale) jusqu’à ce jour, j’ai été dans la formation des jeunes. Je ne sais pas si je leur ai appris beaucoup de choses, mais je suis certaine qu’eux m’ont beaucoup appris. Grâce à eux, j’ai opéré des déplacements tant humains que spirituels.

Ma vie m’est apparue comme des tiroirs superposés. Pour peu que l’on soit attentive à soi-même, dans le contexte de l’Afrique, cette question culturelle surgit à un moment donné si l’on ne veut pas vivre une vie religieuse par procuration.

Cela m’a amené à réfléchir sur la question de l’interculturarité. C’est à ce moment que j’ai commencé à développer une interaction avec les personnes, les connaissances et les pratiques culturellement différentes de la mienne. J’ai intégré des espaces de rencontre et de dialogue me permettant l’association entre êtres et savoirs, sens et pratiques distinctes.

De plus, issue d’un milieu rural, la terre a un sens pour moi. Comme le sein maternel elle est une terre-mère. Comme la mère est sacrée, ainsi devrait-il en être de la terre-mère.

Je me suis beaucoup intéressée au mythe de la création dans certaines de nos traditions africaines (mythe des Dogons) par exemple et l’importance de la terre chez les Nuer du Soudan. Il y a aussi la symbolique de l’arbre en Afrique. D’où mon intérêt pour l’environnement et les questions écologiques en Afrique. »

Fredy APAZA HUARHUA

Homme médecine de la nation Quechua (Pérou). Guide touristique et guide spirituel, partageant ses connaissances historiques et curieux d’en apprendre d’autres.

Fredy a aussi développé une autre manière de partager sa culture, il réalise des vidéos via YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=uG8Ppaf4eJ0

Passionné de sa culture il vient partager sa vision cosmogonique et actuelle avec nous.

Lama Samten Yéshé Rinpoché

Lama Samten Yéshé Rinpoché est né sur la montagne, au cœur de la nature, entouré d’animaux sauvages dans un endroit reculé du Tibet où ne vivaient que trois familles.

Son père ‒ grand pratiquant ‒, commence à lui apprendre à lire et à écrire, tout en lui expliquant le karma et en lui faisant réciter des mantras.

À l’âge de 9 ans, Rinpoché entre au monastère de Dura où il reçoit les enseignements (Tsa-Lung Trul-Khor, pratique de toumo, etc.), initiations et transmissions principalement par Truku Ayung Rinpoché, Lama Kalsong Gyaltsen Rinpoché et Lama Thutop Namgyal Rinpoché aux monastères de Shaza et de Yeshe Gompa.

En 1994, Lama Samten arrive au monastère de Menri où, pendant 16 ans, il reçoit les enseignements, initiations et transmissions de Sutra, Tantra et Dzogchen par Sa Sainteté le 33ème Menri Trizin Rinpoché, chef spirituel de la lignée Bön, Lopön Tenzin Namdak Rinpoché, Menri Pönlob Rinpoché, etc. Là, il est formé à la réalisation de mandalas, à la calligraphie, à l’astrologie et à la médecine tibétaines.

Rinpoché est désigné Maître de danses sacrées, puis Oumzé (Maître de chant et de musique spirituelle, responsable des rituels, retraites, discipline, etc.) par Sa Sainteté le 33ème Menri Trizin Rinpoché. En 2004, il est élu Vice-président de l’école de dialectique du monastère de Menri (débats) par les étudiants qui l’éliront Président en 2005.

Rinpoché a enseigné le Dharma, le chant et la musique spirituelle (ché-chen) ainsi que les danses sacrées aux moines du monastère de Menri.

Lama Samten sortira major de sa promotion en 2010, année d’obtention de son diplôme d’enseignement supérieur de Docteur en Philosophie Tibétaine Bön (Guéshé).

Rinpoché voyage aujourd’hui en Europe pour faire rayonner les enseignements. En 2014, il fonde Tazig Samten Ling, premier centre bouddhiste Bön du sud de la France.

www.tazig.fr

Valgerður H. BJARNADÓTTIR

Je suis née en 1954 et j’ai grandi dans le nord de l’Islande, avec une forte connexion à la nature, à mes rêves et aux histoires.

Toute ma vie, j’ai été en quête et créative dans mon approche des mères spirituelles, dévouée à ce que j’appellerais l’énergie de la Déesse, Mère Nature ou la Toile de la Vie, guidée par un doute & une curiosité saines.

Je suis une mère et une grand-mère et je prends ces rôles au sérieux.

J’ai vécu en Angleterre, en France, en Norvège, aux États-Unis et j’ai travaillé à l’étranger pendant certaines périodes de ma vie, mais j’ai surtout vécu dans le nord de l’Islande.

C’est là que se trouve ma base de travail, mais je voyage avec mes cours et mes projets dans d’autres endroits en Islande et dans le monde.

Je suis titulaire d’une licence en travail social de Norvège, d’une licence en études intégrales et d’une maîtrise en spiritualité féminine du CIIS, aux États-Unis.

Je travaille à mon compte pour Vanadís – nos racines, nos rêves et notre pouvoir, et je vois mon travail dans l’enseignement, le conseil, l’écriture, les spectacles, etc.

Professeur Andrés VERA GOMEZ

Il est né au Paraguay et vit en Argentine. Professeur linguiste, journaliste radio, poète et écrivain, investi auprès des communautés autochtones, spécialiste de la culture et la cosmogonie guarani, cet homme au parcours singulier, animé par l’envie d’instaurer le dialogue et l’échange culturel vient vers nous afin de partager une autre vision du Vivant.

En 2003 il participe à la première rencontre nationale « Éducation et Identité », organisée par l’Université Nationale de Lujàn – Argentine).

En 2010 il est attaché de presse du Congrès permanent des migrations paraguayennes en Argentine, chargé de diriger l’émission « La voix du Congrès » sur Radio Republica et diffuse tout ce qui a trait avec le mouvement des migrants dans le monde et la communauté paraguayenne en Argentine.

Cette même année il crée et dirige la première radio en ligne paraguayenne en Argentine « Kumakurekavo Radio » Culture 100% Guaraní. Il est à la fois le fondateur de l’ONG « YKUA SATÏ » José C PAZ YGUA (Aguas Claras Paceñas), dans la ville de José C Paz Argentine et deviens Membre du journalisme latin (réseau d’échange d’informations et de participation, créé par et pour les travailleurs de la presse en Amérique latine)

En 2011, il crée http://kumakurekavoradio.blogspot.com.ar/KUMAKUREKAVO PY (portail de nouvelles pour les Paraguayens de la diaspora, afin de fournir des informations fiables aux journalistes et aux leaders d’opinion, échanger de nouvelles idées pour un nouveau monde.

Aujourd’hui il est Professeur de langue et culture guarani du Mercosur UPAMI (Université pour adultes). Ces connaissances cosmogoniques nous feront plonger au cœur de la sagesse amazonienne.

Sabah RAHMANI

Elle est Journaliste, diplômée en anthropologie, elle travaille sur la question des peuples racines depuis plus de vingt ans. Elle a effectué de nombreux reportages auprès de communautés autochtones. Ses sujets de prédilection portent sur les relations entre l’humain et la nature. Rédactrice en chef adjointe du magazine et «Natives » et « Kaizen, 100% positif », elle travaille pour la valorisation des cultures et de l’environnement.

Elle est également l’auteure de « Paroles de Peuples Racines » un Plaidoyer pour la Terre.

Philippe BOBOLA

Il a d’abord commencé par un Doctorat en physique, puis la biologie qui l’a fait pénétrer la complexité du vivant et pour finir l’anthropologie, la psychanalyse adlérienne et le coaching sont venus compléter de façon évidente et naturelle cet itinéraire de « cherchant ».

Loin d’être qu’une accumulation de connaissances théoriques, ce parcours lui a permis de mieux comprendre le monde de la matière & du vivant, de prendre conscience de ses croyances occidentales notamment lors de longs séjours chez les peuples autochtones.

À présent, il fait bénéficier les participants lors de ses formations de ce savoir pluridisciplinaire en leur faisant vivre un gai savoir libérateur, discernant et reliant.

Philippe BOBOLA leur propose selon lui, d’acquérir les outils nécessaires à ce début de XXIème siècle sujet à de profonds bouleversements.

TIOKASIN GHOSTHORSE

Il est aussi auteur, conférencier international sur la paix, la perspective autochtone et la Terre Mère. Survivant du «règne de la terreur» de 1972 à 1976 sur les réserves de Pine Ridge, Cheyenne River et Rosebud Lakota dans le Dakota du Sud et les systèmes d’internat et d’école missionnaire du Bureau des affaires indiennes des États-Unis conçus pour «tuer l’Indien et sauver l’homme , » Tiokasin a une longue histoire d’activisme et de plaidoyer autochtones. Il a parlé à l’âge de 15 ans aux Nations Unies – Lac Léman, Suisse. 

Il est membre du conseil d’administration de Simply Smiles et de Restorative Practices Alliace. Il prend fréquemment la parole dans des lieux tels que l’École de théologie, d’écologie et de foresterie de l’Université de Yale, l’Union Theological Seminary, en se concentrant sur la cosmologie, la diversité et les perspectives sur les processus de pensée relationnels/égalitaires vs rationnels/hiérarchiques de la société occidentale. 

Maître musicien et professeur de sons magiques, anciens et modernes, Tiokasin se produit dans le monde entier (plus de 50 pays) et a été présenté à la cathédrale Saint John the Divine, au Lincoln Center, au Madison Square Garden, au Metropolitan Museum of Art, au Ruben Museum, Morgan Library, The Apollo Theatre et les Nations Unies, ainsi que d’innombrables universités et salles de concert. Tiokasin siège au conseil d’administration de plusieurs organisations caritatives vouées à apporter une éducation non occidentale aux enfants autochtones et non autochtones. Il est danseur du soleil dans la cosmologie de la nation Lakota

RAOUL MVITA KALUME

Militant humaniste congolais, président de l’association de refugiés et des communautés Migrants au Maroc.

Il a travaillé à l’ARCOM ,centre d’hébergement pour femmes, mineurs et enfants non accompagnés en situation de vulnérabilité.

Il a été chargé de programme de vaccination et sensibilisation des personnes migrantes au sein de l’OPAL (Organisation Panafricaine de lutte contre le SIDA).

Il a plusieurs cordes à son arc dont celle de la musique ! Et une vision du monde très particulière sur « la culture africaine du temps des ancêtres » qu’il partagera avec nous.

PÈRE KUMERAN

Le père Kumeran a fondé et dirige Arunachala Marga (la Voie d’Arunachala) qui célèbre avant tout la réalisation de la Lumière Divine en soi et le dialogue inter religieux. Indo africain du sud, il a quitté son église pour une vie contemplative au Sud de l’Inde. De retour en Afrique du sud, il continue de voyager pour tisser des liens avec tous ceux qu’il rencontre et qui veulent vivre une spiritualité sans bornes. Il présente ce parcours et témoigne de sa foi chrétienne et indienne et de la richesse de ses découvertes spirituelles.

Que dit l’Esprit au monde en ce moment ? Comment recréer notre monde et renouveler notre spiritualité pour vivre en harmonie avec le Divin, avec la Terre et les uns avec les autres ? Que ressent il des signes des temps en cette période troublée et comment la sagesse des mystiques peut nous aider à éclairer notre chemin.

TANONÉ

La cacique Tanoné, du peuple Kariri Xocó, est la première femme cheffe de sa tribu. Sur les centaines de caciques du Brésil, leaders des populations autochtones, 18 sont des femmes. Depuis plus de trente ans, elle représente les siens auprès des instances officielles et se bat inlassablement contre la déforestation et pour la protection des rivières, les eaux sacrées.

Ivanice Pires Tanoné a 64 ans. Son nom signifie « la racine », celle d’un grand et ancien arbre.

« La vision que je partage est la vérité. Ce que j’observe le plus est le changement climatique. Avant les saisons étaient bien définies, mais aujourd’hui ce n’est plus le cas. Pourquoi ? Le climat a changé. Nous, les indigènes, nous respectons le Grand Esprit et la Terre-Mère qui nous donnent tout ce dont nous avons besoin. Tant que nous gardons la gestion de nos terres, nous pouvons vivre sans la nécessité d’une intervention extérieure, que ce soit au niveau énergétique, alimentaire ou autre.

Nous vivons en harmonie avec la Terre-Mère, la Mère des Eaux et le Grand Esprit dans les 40 hectares de notre village et les 100 hectares qui nous restent de terres sacrées où nous pratiquons nos rituels. Malheureusement, depuis quelques années nos terres sont attaquées. »

TRAYENKO GNEN LIF PAILLALEF PAINEMAL

Je m’appelle Trayenko Gnen Lif Paillalef Painemal (Esprit de la cascade transparente)

Je viens du Chili, je suis Mapuche

Je suis Femme Médecine de la nation Mapuche

Gardienne du tambour Kultrum Mapuche

gardienne du savoir de mon peuple et reconnue par les cercles traditionnels de ma Nation.

Nous sommes une nation pré-existante  de 16000 ans, je suis la 19ème génération de Femme Medecine , héritage de mes grand-mères.

Mon devoir en tant que femme Medecine , est de guérir les gens spirituellement et physiquement, à travers le chant de mon instrument Gnen Kultrum Ancestral et avec l’aide des plantes médicinales.

Étant loin de mon territoire, j’ai commencé à faire mon art, bijoux (boucles d’oreilles, pendentifs). Chaque création parle de spiritualité.

Etant loin de mon territoire j’ai le devoir de parler de ma Nation, qui nous sommes, pourquoi nous nous battons depuis 640 ans.